L’art de vivre avec passion (1ère partie)


Article de Stacy Wiebe avec la collaboration de Heather Harris, Meena Narayan, Isabel Roland, Olga Taranova, Joanne Thomas et Joy Wan.

NB: Bien que cet article parle de la passion au féminin, je pense que les hommes devraient pouvoir s’y retrouver aussi…

Qu’est-ce qui vous passionne? Q’est-ce qui vous concerne profondément ? Women Today a posé ces questions à 40 femmes de plus de 20 pays sur les cinq continents. Elles ont répondu en un chœur de voix animées, chacune dans sa propre tonalité et pourtant dans une harmonie d’ensemble. Il semble que les femmes ont un désir universel pour vivre avec passion. Elles veulent s’investir en temps et en énergie pour des buts qui leurs sont suprêmement importants. Telle une mosaïque, cet article embrasse les histoires brillamment colorées et transparentes de ces femmes et réfléchit leurs réflexions sur les questions : d’où vient la passion et à quoi ressemble la vraie vie. Souvent reliée au sexe, aux souffrances et aux grandes émotions, la passion semble vouloir dire une chose de façon universelle : intensité.

Lynne Hill, 39 ans, d’Oxfordshire en Angleterre définit le mot passion ainsi : «Chaud – sanglant – émotionnel – excitant – très fort sentiment sur quelque chose. » Cependant, dit-elle, il existe « une différence entre passion pour un sujet et un peu de passion avec votre mari. » Lynne aime passionnément et intensivement son mari et ses deux fils, mais elle aime aussi les chevaux et la danse. Elle est moniteur d’équitation diplômée de la British Horse Society et possède un diplôme de danseuse. Une personne aussi vivace et audacieuse que Lynn peut être considérée comme naturellement passionnée. Mais c’est la première qui nous a parlé du processus toujours en élaboration qui permet de connaître et vivre ses passions. Car la passion vient du cœur, mais la vivre est aussi un acte volontaire. Toutes les femmes peuvent vivre avec passion. Peut-être que vous êtes en train de vous demander comment. Les femmes que nous avons interviewées nous racontent ce qui les aident à nourrir leurs passions :

Regarder à l’intérieur

Votre passion est très personnelle. Personne ne peut ni vous imposer, ni vous évoquer une passion. C’est là, à l’intérieur, tout comme les battements de votre cœur. Ce sont la et/ou les choses qui comptent réellement pour vous, pour lesquelles vous tapez du poing sur la table. Ginger Chiang de Taiwan appelle cette reconnaissance intérieure de notre passion « vie consciente. » Elles dit qu’ « elle a découvert ses passions en se demandant ce qui la rendait la plus heureuse. » Ginger travaillait pour un prestigieux magazine d’affaires et de politique. Mais, après avoir réfléchi à ce qu’elle aimait réellement dans son travail, c’est-à-dire organiser, prévoir et projeter, Ginger a décidé de quitter son poste de haut-vol pour diriger une association à but non lucratif de cyber-enseignement. Aujourd’hui, elle n’a aucun regrets quant à ses 14 ans de journalisme. Elle dit qu’au contraire, « les années qu’elles a passées dans ce travail lui ont donné les compétences dont elle avait besoin pour vivre la vie qu’elle mène maintenant. Beaucoup de gens ne réfléchissent pas à la façon dont ils vivent. Ils vivent dans une routine et ne sont pas conscient du pourquoi ils font ce qu’ils font. Il faut un effort pour découvrir ses passions. Quand on aime beaucoup quelque chose, on a du plaisir à le faire et on s’investit dedans. »

Ecouter les autres

Recevoir des compliments et des encouragements, les croire et les embrasser, nous donne le coup de pouce qui nous incitera à poursuivre nos passions. Les graines de louange plantées pendant l’enfance de Priya Sukumar ont grandi jusqu’à devenir l’appel de sa vie. « Quand on fait enfant une gentille B.A. et que l’on obtient des retours positifs, cela encourage à continuer de faire du bien, » déclare une immigrante indienne de 27 ans. Aujourd’hui, Priya, avec son diplôme de travailleur social, coordonne des programmes pour soutenir les victimes de crimes et les gens touchés par des crises à Auckland, en Nouvelle Zélande. « Je deviens très fâchée quand des gens sont abusés, oppressés ou traités injustement, » dit-elle. « c’est cette passion qui me motive à me former et à travailler dans ce domaine. Je fais de longues journées parce que je crois qu’il faut être disponible n’importe quand pour des urgences. Ce n’est pas l’argent qui me motive. »…..


© MAUD SIMON / Fais ce qu'il te plaît / Witch in the city / My Genius / Little Big Soul, 2019.

  • Facebook - Grey Circle