Please reload

ET AUSSI

Petits portraits de reconvertis heureux (2ème partie)

Aujourd’hui, le parcours d’Anne Bouin, 53 ans

 

 

AVANT: salariée dans le secteur de l’édition

AJOURD’HUI: responsable d’une résidence pour écrivains

 

En 1996, à l’âge de 40 ans et après quinze ans de vie parisienne, Anne Bouin décide de fuir le stress urbain. Le déclic : « La séparation d’avec mon conjoint. Ce retour permettait de retrouver mes racines car nous sommes d’origine tourangelle. Il facilitait aussi la rupture pour les enfants, Joseph et Alice, âgés de 9 et 5 ans. Je voulais aussi jardiner, planter, bref, retrouver le goût des plaisirs simples. » Salariée dans le secteur de l’édition, elle convainc son patron d’exercer trois jours par semaine à domicile et les deux autres à Paris.

 

« Avec une éditrice parisienne, qui rêvait elle aussi de campagne, nous avons contacté la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), animées par la volonté d’agir dans ce domaine. On a ainsi rencontré le président de l’association des Trois vallées de Racan (active dans le développement rural), qui nous a persuadées de nous installer à Neuvy-le-Roi. »

 

« Les débuts n’ont pas été faciles. A Paris, on vit vraiment sur des rails. Là, j’avais presque l’impression d’avoir trop d’air. » Mais cinq ans plus tard, « le bilan est positif sur tous les plans. Nous avons créé « La maison des écritures », association qui compte deux salariés et reçoit régulièrement des écrivains en résidence. Professionnellement, je suis devenue indépendante et ne retourne à Paris que tous les deux mois. »

 

Ce tépoignage a été recueilli par Nathalie Grivot pour le site internet Newsfam

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

PROGRAMMES
CATEGORIES
Please reload

Mon Ange Gardien ressemble à Paul Rudd

Le laboratoire du bonheur

1/11
Please reload

© MAUD SIMON / Fais ce qu'il te plaît / Witch in the city / My Genius / Little Big Soul, 2019.

  • Facebook - Grey Circle