Please reload

ET AUSSI

Est-on tous capables de tout envoyer balader?

Questions/Réponses de Maryse Vaillant, psychologue. Interview parue dans le numéro 1287 de Femme Actuelle. Reproduit avec l’aimable autorisation de Sandrine Tournigand.

 

Une telle décision se prend souvent après une grosse période de crise. L’éclairage de Maryse Vaillant…

 

Tout le monde peut avoir envie d’un changement?

 

En théorie, oui. Chacun peut se dire un jour: « Je ne peux plus continuer comme ça! » Et vouloir changer de pays, d’amour, de vie. Mais, si tout le monde en rêve, peu sautent le pas. Car la vie, même difficile, nous lie par mille liens de dépendance: famille, enfants, revenus…

 

Même si elles semblent parfois nécessaires, ces ruptures sont-elles toujours douloureuses?

 

En provoquant un grand bouleversement familial, ces ruptures engendrent presque toujours des pleurs, des reproches, de l’incompréhension de la part des proches. Pour l’entourage, ces décisions donnent la sensation d’être des passages à l’acte soudains et irréfléchis, elles sont pourtant le résultat d’une longue maturation. Et pour celui qui se lance, elles procurent un sentiment fou de liberté intime. Tout à coup, on devient pleinement soi.

 

Y-a-t-il des signes précurseurs à ces ruptures brutales?

 

Souvent une grosse crise: une dépression dans la plupart des cas, un deuil, un moment de marasme, d’ennui, durant lesquels la question de la survie se pose. Tout envoyer valser est presque une réponse de vie à un sentiment de mort interne.

Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, on se lance?

Cela arrive souvent après avoir supporté une longue période de tension interne, une somme d’insatisfactions personnelles ou encore des années de docilité familiale.

 

Comme un premier geste d’adulte chez quelqu’un qui , toute sa vie, s’est laissé guider par ses habitudes, ses parents… Un jour, on décide de changer le cours des choses et d’exister en tant que tel.

 

Est-ce que cela peut arriver alors qu’on est heureux?

 

Plus rarement. La dimension d’insatisfaction est essentielle quand on fait un tel choix. Même le coup de foudre n’arrive qu’à des gens « disponibles » affectivement. Il n’est jamais innocent et fait souvent dévier notre trajectoire. Comme si l’autre nous libérait pour nous emmener vers de nouveaux chemins. Une rupture implique généralement que l’on quitte quelque chose pour aller vers quelqu’un ou autre chose. La rencontre, qu’elle soit amoureuse ou même seulement amicale, crée alors l’occasion et facilite la décision.

 

Est-on sûr d’y gagner?

 

Non. On peut se leurrer, s’illusionner sur soi surtout, s’apercevoir que ce dont on souffrait auparavant continue de nous tourmenter. Même après un changement radical, on peut revivre les mêmes situations catastrophiques. Dans la vie, rien n’est jamais garanti.

Comment s’assurer qu’on ne commet pas d’erreur?

Ce qui compte, c’est de sentir que l’on est en phase avec ses désirs profonds. Je pense à certaines femmes qui, un beau jour, quittent une situation stable et confortable avec un mari qui gagne beaucoup d’argent pour une vie beaucoup plus dure financièrement mais dans laquelle elles se sentent à leur juste place.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

PROGRAMMES
CATEGORIES
Please reload

Mon Ange Gardien ressemble à Paul Rudd

Le laboratoire du bonheur

1/11
Please reload

© MAUD SIMON / Fais ce qu'il te plaît / Witch in the city / My Genius / Little Big Soul, 2019.

  • Facebook - Grey Circle