Please reload

ET AUSSI

Comme un poisson hors de l’eau

 

Lorsque le cardinal Melville est élu Pape par le Conclave, et que s’élève enfin la très attendue fumée blanche, les milliers de fidèles rassemblés sur la place St-Pierre guettent fébrilement le balcon. Ils attendent que leur nouveau Souverain pontife vienne les saluer. Ils attendent, donc. Attendent. Et atteeeeeendent. Tiens, il fait nuit. Heuuuu…  Bon, que se passe-t-il. Car le Pape n’apparaît pas. Et pour cause. Il hurle, vocifère, pleure. Craque ; pête une durite, explose. Puis se cache. Puis s’enfuit. C’est que Melville a très peur d’être Pape. Et, pour être absolument honnête, n’en a pas la moindre envie.

 

Ce qu’il aurait voulu, tout au fond de lui, c’est être comédien. Jouer, donner vie à un texte, déambuler sur une scène, vous voyez ? Oui, mais voilà, quand il était jeune, le Conservatoire n’a pas retenu sa candidature. Et lui en a conclu qu’il n’était pas bon. Grave erreur. Parce que, de toute évidence, c’était sa véritable vocation. Et que maintenant, il se retrouve Pape. C’est malin. 

 

Alors, donc, Melville fugue et déambule dans les rues de Rome, cherche la cause de son malaise, prend le temps de s’écouter; se cherche. Passe par le fauteuil d’une psychanalyste qui lui parle de « carence de soin » durant sa petite enfance. Perplexité. Puis se retrouve dans un hôtel également habité ce soir-là par une troupe de théâtre. Il partage leur repas. Et là, au milieu de ces comédiens passionnés qui déclament avec fougue et bonheur des dialogues extatiques, quelque chose apparaît sur le visage si sombre de Melville. Regardez. Un sourire. Qui s’élargit, qui s’élargit. Jusqu’à allumer son regard. Clic. Que l’on ne connaissait que terne et abattu. Et Melville s’anime, récite à son tour, à mi-voix, les dialogues qu’il connait par cœur depuis son enfance. Il devient beau, incroyablement vivant. Parce qu’il est dans son élément. Son élément. Entendez-bien. Il est dans SON élément.

 

 

J’ai très envie de vous demander de déserter cet écran quelques minutes et de vous poser cette question : Quel est MON élément ? Dans quel environnement, entouré de quelles sortes de personnes est-ce-que je me sens bien/vivant/enthousiaste/moi-même ?

 

 

Faites tourner dans votre esprit des souvenirs de situations, de contextes, de lieux ; et ça, oui, ça, cette petite décharge, cet élan du cœur, cette chaleur intérieure, c’est ce qui vous indiquera que dans ce souvenir-là, vous étiez bien dans Votre élément. Gardez-le précieusement. Surtout, surtout, ne l’oubliez pas…

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

PROGRAMMES
CATEGORIES
Please reload

Mon Ange Gardien ressemble à Paul Rudd

Le laboratoire du bonheur

1/11
Please reload

© MAUD SIMON / Fais ce qu'il te plaît / Witch in the city / My Genius / Little Big Soul, 2019.

  • Facebook - Grey Circle