Please reload

ET AUSSI

La pharmacienne qui devint boulangère

 

A 52 ans, Dominique Roche range son caducée et réalise son rêve de petite fille…
Extraits de l’article « Croquer la vie comme du bon pain! », de Lucie Kent, paru dans le n°2 du magazine Femme Majuscule.

 

« Tout va bien. » Si les gens heureux n’ont pas d’histoire, Dominique Roche fait figure d’exception. « J’ai eu jusqu’à maintenant une existence confortable. » Mais, car il y a souvent un mais, cela ne suffit plus. Elle ne s’est certes pas réveillée un matin en ayant envie de tout plaquer. Elle a mûri, partagé sa réflexion avec ses proches et l’envie est montée peu à peu, paisiblement.

 

C’est décidé, Dominique sera boulangère. Il y a 3 mois, à l’heure où les lycéens français passaient le baccalauréat, cette mère de famille, une trentaine d’années après son diplôme en pharmacie, décrochait avec succès son CAP boulangerie à l’Ecole de boulangerie et pâtisseries de Paris! [..] « Quand j’avais 10, 15 ans, mes parents avaient des amis qui géraient un hôtel-restaurant. J’adorais ce lieu. Je caressais le souhait d’entrer à l’école hôtelière. » Un désir un peu étouffé par ses parents enseignants. […] Elle s’inscrit alors en faculté de pharmacie. Une fois diplômée, elle trouve aussitôt du travail dans une officine, change de pharmacie quand elle veut et où elle veut et passe à mi-temps à la naissance de ses jumelles. […]

 

Deux évènements ont fait office de déclic. « Mon mari a subi il y a quelques années un licenciement pas facile à digérer ». Cette blessure narcissique éveille le doute chez Dominique sur son désormais ancien métier. « Je n’avais plus du tout envie d’avoir affaire à des malades toute la journée, ni de vendre des produits auxquels je ne croyais plus. » Enfin, un matin, le déclic se fait grâce à un client: « Un cadre, excité, stressé, qui s’adresse à moi en me confiant qu’il est épuisé et qu’il lui faut du magnésium. Et qui m’interroge: « Vous en avez pris, vous? » Elle en rit aujourd’hui: « J’ai juste eu envie de liu répondre: « Mais je ne suis pas fatiguée, moi! Bref, je ne pouvais rien pour lui, si ce n’est de lui conseiller de prendre du repos! » Alors lui est revenue à l’esprit cette phrase de Georges Simenon dans « Cécile est morte »: « Maigret reçut une bouffée odorante qui demeura pour lui la quintessence même de l’aube parisienne: l’odeur du café-crème, des croissants chauds… » La conclusion s’est imposée d’elle-même: finie la blouse blanche! […]

 

A 52 ans, Dominique regarde simplement devant elle. « Je veux me démarquern en ouvrant une sandwicherie et en fabriquant moi-même du bon pain et des pâtisseries. »[…] Léonie, nom de baptême de la boutique, devrait à l’automne abriter le nouveau bonheur de Dominique, probablement dans le 8ème arrondissement de Paris. […] Elle qui rit tout le temps est pourtant lucide face aux énormes journées de travail qui l’attendent. Mais « quoiqu’il arrive, je préfère vendre des croissants que des crèmes amincissantes! » Aucun doûte, tout va bien.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

PROGRAMMES
CATEGORIES
Please reload

Mon Ange Gardien ressemble à Paul Rudd

Le laboratoire du bonheur

1/11
Please reload

© MAUD SIMON / Fais ce qu'il te plaît / Witch in the city / My Genius / Little Big Soul, 2019.

  • Facebook - Grey Circle